Ce jeune qui rêve et qui fonce

J’avais rêvé de distribuer des armes aux mendiants de nos rues chaudes, pour qu’ils puissent abattre les mouches qui tutoient leurs bouches. Et d’ailleurs j’avais rêvé de désintégrer cette usine avec toutes ces machines importées à frais, qui fabriquent encore des mendiants de piètre qualité. Quel manque d’art, Quel manque de lucidité, Quel manque de talent, Quel manque de génie Ce système est à pendre, entendais-je dans mon gros rêve. Oui ce système est meurtre. Un génocide en plein centre du 21ème siècle, et malgré toute l’envolée technologique que dégustent les autres parts du monde, ma part du monde, reste encore à fabriquer des mendiants d’un mode opératoire qui rivalise médiocrement avec ceux qui ont reçu une taloche de Adolphe Hitler.

Publicités