UN ÉTAT N’EST PAS UN ÊTRE HUMAIN

Giopolitique-Août-2018

Par amour pour la réflexion et la construction de la pensée, je me permet de réagir sur des propos qui me semblent un peu erronés. Ce ne sont d’ailleurs pas que des propos il me semble que c’est même une façon de penser, qui tend à comparer le BÉNIN de 58 ans à un être humain de 58 ans. ERREUR – UN ÉTAT N’EST PAS UN ETRE HUMAIN.

Je n’essayerai pas d’établir un ordre de valeur entre ces deux entités parce que nous savons tous que l’un (l’humain) fait l’autre (l’Etat) et l’autre a entre autre pour mission de protéger l’un. En revanche, je vais mettre les deux côtes à côte sur deux points choisis au hasard pour désavouer la pensée qui veut qu’un pays aie les mêmes résultats qu’un être humain quand les deux ont le même âge, 58 ans.

 

Combien de temps, un être humain vit-il  et qu’en est- il d’un État?

Il me semble que biologiquement et physiquement, un être humain d’aujourd’hui vivra au mieux pendant 120 ans et que la moyenne en matière d’espérance de vie en Afrique tourne autour de 60 ans. Qu’en est-il d’un Etat par contre ? On peut estimer qu’un Etat peut exister pendant plus 10 siècles. Cela sous-entend que le rythme de l’évolution de ces deux entités n’est pas du tout le même. Dans nos sociétés africaines, un homme qui continue de dépendre de ses parents à 58 ans serait une honte. Mais attention, peut –on transposer cette perception à un Etat ? A 58 ans, un Etat est encore un bébé. Bémol. Je ne suis pas pour l’aide au développement et en même temps je ne crois pas à la magie : celle de voir un bébé se lever et courir comme une athlète.

 

Qu’en est-il de procédés de décision et de gestion au niveau de ces deux entités ?

Un être humain subit des influences pour gérer sa vie et prendre des décisions. Ces influences proviennent entre autre de sa famille, ses amis, ses collaborateurs professionnels, ses amours, ses envies, ses peines et d’autres choses très personnelles. N’empêche que le centre de la décision chez l’homme n’est rien d’autre que lui-même. Cela veut dire entre autre que les influences, qu’elles soient d’origine externe ou interne ont un impact assez limité face à la détermination de l’homme qui demeure en possession de sa raison et de son libre arbitre. Par contre qu’en est-il d’un Etat, qui plus est démocratique comme les récentes démocraties africaines. Je dis récentes démocraties, parce que trente ans de vie démocratique, reconnaissons que même sur ce plan, le Bénin est un bébé, mais un bébé sage qui fait cas d’école. Donc, comment se prennent les décisions dans le système démocratique ? Nous savons qu’étant donné qu’un Etat est formé de l’ensemble des êtres humains qui le constituent, une décision démocratique se prend, non pas par la somme des avis divisée par le nombre de ceux qui ont donné leur avis, mais plutôt par le plus grand nombre des avis qui s’impose au plus petit nombre. Cela veut simplement dire que comme tout le monde dispose du même pouvoir de décision (un seul vote, qu’on soit le président de la république ou le plan de l’usine la plus minable du pays), la décision est influencée par chacun des êtres humains sans qu’on ait la certitude que l’avis de chacun d’eux compte à la fin, puisqu’à la fin, seul l’avis de ceux qui se retrouvent dans le plus grand nombre compte. Cela veut dire qu’un Etat, face à la complexité de ce processus de décision, ne peut absolument pas avancer au même rythme qu’un être humain, car l’être humain a vraiment plus de chances de rester cohérent toute sa vie avec ses objectifs (s’il a de la discipline, de la rigueur et une démarche) , alors qu’un Etat n’est jamais à l’abris d’un retour en arrière sur des dispositions antérieures, ou un pas à côté pour réajuster ou démolir des choses. Le processus de gestion et de décision est n fois plus lourd, plus complexe au niveau d’un Etat qu’au niveau d’un être humain et ce que ce soit sur le plan économique et financier, culturel, politique ou social.

Il existe encore plusieurs points qui peuvent être développés à ce propos. Cela étant, il faut, je pense, qu’on évite de comparer vaguement un pays à un être humain, ce n’est absolument pas juste. C’est à mon avis un autre raccourci pour se simplifier la réflexion. Autrement, Un Etat de 58ans, n’est absolument pas aussi vieux qu’un être humain de 58 ans. Les deux n’auront pas des résultats similaires et cette comparaison n’a pas lieu d’être.

Pour me permettre un commentaire tout à fait personnel et teinté, je crois que dire qu’à 58 ans un Etat homme est complétement autonome, cela va de soi. Dire qu’à 58 ans un Etat comme le Bénin doit être complétement autonome, c’est un souhait, c’est aussi une performance. Ne pas l’atteindre n’est pas plus un échec que le fait de ne pas avoir le courage de poser les actes qu’il faut pour l’atteindre.

La question est ouverte et peut être traitée scientifiquement pour permettre de déterminer les « Priorités » de nos pays.

 

#SèdjroHouansou

#HumeursVerrouillées

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s