EFFICACES PAR LEUR RÉGULARITÉ : ENCORE QUELQUES JEUNES QUI PRENNENT LEUR TRAVAIL AU SERIEUX DANS CE PAYS

« Il y a dans ce pays, trop de qualifications qui étouffent la compétence…« .

C’est ce que j’ai dis ce matin au téléphone, alors que je parlais à une amie chère. Elle (cette amie) est justement devenue chère à mes yeux par le plus pur des hasards. J’ai suivi sa progression et elle m’a inspiré une démarche de travail construite autour de la régularité. Je tais son nom. Peut-être un jour si j’en ai le courage, je tacherai de tâcher ma feuille avec plus de FINESSE pour vous parler d’elle. Pour l’heure, je me penche plutôt sur ces hommes qui sans en avoir une conscience aiguisée, sont une source d’inspiration pour nombre de jeunes dans ce pays.

Source d’inspiration ! Ils ne le sont pas parce qu’ils sont hautement diplômés. La plupart d’entre font une chose qui n’a rien à voir avec le parchemin qui leur a été délivré par le système… (je préfère adopter ce style suspendu). Ils ne sont pas source d’inspiration parce qu’ils ont déjà réussi socialement, non. La preuve, parmi eux quelques-uns en sont encore à chercher leur motocyclette (mdr). J’exagère. Et puis s’ils avaient fini le combat de la réussite, franchement, je ne vois pas l’intérêt de me pencher sur la plus petite portion de leur vie ici. Pour être sérieux, ils ne s’offrent pas encore la belle vie, ils ne s’offrent que de belles perspectives. Ils n’ont pas eu les meilleures armes pour démarrer ; ils ont affûté ce qu’ils avaient sous la main. Je crois que demain, le demain de tout a l’heure, ils tueront de gros gibiers. Vous verrez ce qu’ils ont dans la main : La foi en ce qu’ils font et la « constance » dans ce qu’ils font. Ils ont l’habitude de mettre les autres en lumière et moi je me demande, qui les met en lumière eux. Alors j’ai commencé à suivre de loin et j’ai trouvé que sur leurs routes aussi particulières les unes que les autres, il y a une chose de comme, comme une ligne qui coupe chacune d’elle et donne une intercession unique : La régularité.

Sur cette route qu’ils ont choisie, j’en ai vu plein d’autres qui ont dévié la fatigue aidant et la dissuasion des autres n’aidant pas.

Je les dépose ici sur mon étalage, chacun d’eux avec une portion de sa route, afin qu’ils fassent moins de bêtises désormais (mdr). Attention. Ils ne sont pas classés par ordre de mérite, je ne suis pas très doué pour les classements.

Emmanuel Tometin Tognidaho, fondateur de dekartcom.net
Débrouillard et régulier. Manu est débrouillard jusqu’à la lettre « d » qui se tient encore debout à la fin du mot. Quand il y a dix ans, il initiait son site internet dekartcom.net, il en était presque à nous supplier (moi, j’étais encore étudiant, et responsable artistique assez présent dans les activités culturelles à l’Université d’Abomey-Calavi) de l’informer de nos manifestations. Il voulait en parler sur son site. En réalité, il était en quête de contenu. Et il faisait presque du porte-à-porte pour l’obtenir. J’ai vu, et il ne me dira pas le contraire, qu’il a utilisé le même ordinateur (laptop) pendant huit (08) de ces dix dernières. En marge de Dekartcom, il s’est laissé conduire un temps avec la 12ème.biz (n’allez pas voir là-bas s’il vous plaît, y a rien à voir). A plusieurs reprises, à bout de souffle, il lui passa par l’esprit de vendre son joyau Dekartcom. Il reçu des offres, mais il les déclina. Un jour récent, il m’a dit : « Giovanni, je n’ai pas fait de grandes études. Mais ça ne m’empêchera pas de devenir ce que je veux être ». Banal comme phrase ; le poids n’est pas le même chez tout le monde. Ce que je sais c’est que Emmanuel, c’est aujourd’hui le photojournaliste qui s’est imposé dans l’univers culturel béninois et sous régional par sa régularité. C’est aussi, Dekartcom, l’une des plus importantes plateformes de diffusion de l’information culturelle au Bénin. Ce qui le caractérise, c’est l’obstination.

Henry Morgan, journaliste, fondateur de « Jaime-la-culture »
Régulier, parfois opiniâtre. Un taquin, hein. Je lui demande de se faire concevoir un site web digne du nom, et il me rassure depuis deux ans que cela figure dans ses plans. Bon, l’heure n’a pas encore sonné et Henry demeure Jaimelaculture.over-blog.com. Ce qui retient l’attention, c ‘est le nombre impressionnant de compte rendus publiés par le blog de Henri. Il est à la limite d’une grande présence dans l’univers de l’évènementiel culturel au bénin. Et, je me demande si Henry se fatigue parfois de ce rythme infernal. Plus de trois comptes rendus par jour (bon, j’exagère un peu, parfois il n’en fait que deux). Une chose est certaine, nombre d’évènements culturels au Bénin ont été couverts par Henri Morgan. Quant à moi, je ne suis pas son plus grand ami (mdr). Première rencontre, premier clash, dans le hall du Ministère de la Culture. Henry a « journalisé » avec moi, je n’ai pas « gobé » ça. Deuxième rencontre, re-clash. J’ai « joué » avec Henri, il n’a pas aimé ça. On n’y pouvait rien, il était journaliste, j’étais acteur. Et pour les rencontres qui ont suivi, j’ai déjoué sa journalisation ha ha !. Chez lui aussi, la constance est à sa place. Seulement quand je lui demande ce qu’il aurait voulu être s’il devait changer de métier dans une autre vie, il me dit « styliste. » Styliste ? Sérieux ? et il ajoute «Pas besoin que je fasse une phrase, le mot à lui seul suffit ». Henry.!

Eustache Agboton, Directeur de publication de Bénincultures.com
Discret et Régulier. Moi : Eustache. Pourrais-tu me former à l’écriture journalistique ? Eustache : Toi ? Écris seulement. Moi : (Rire). Voilà pourquoi, parler d’Eustache est un peu compliqué. C’est peu de réponses derrière un masque trop sérieux, et pourtant une marée de blagues et de bonne humeur enfouies derrière ce même masque. D’abord contributeur, certainement, ensuite rédacteur en chef, puis Directeur de publication de Bénincultures, c’est l’homme qui passe beaucoup de temps à observer. Disons-le comme ceci. Il observe, il sourit, il écrit. Il observe, il sourit n il écrit. Et là aussi c’est la régularité, mais aussi la discrétion qui ont pavé son chemin. Je l’ai vu tester et retester les « modules » de publication avant de les mettre en fonction parce qu’il déteste les buggs sur son site web. Ce n’est pas mon cas à moi (mdr), je n’aime pas quand ça fonctionne bien. Je dois tout casser et tout reprendre à zéro. Ce qu’on retient c’est qu’aujourd’hui, Bénincultures, c’est Eustache, quand bien même avant lui, il y avait un autre Directeur de Publication, dont la régularité en qualité d’éditeur et de détecteur de talents d’écriture a aujourd’hui appelé à d’autres fonctions. Eustache c’est enfin, une activité constante pour la promotion des talents artistiques béninois. Un concept : « Valorisons nos talents ». Au regard de cette dernière activité, je crois faire le bon lien avec ce qu’il me laisse entendre quand je lui demande de changer de métier. Il dit : « avocat ». Moi, j’éclate de rire et, il me dit « et c’est vrai en plus ». Bien sûr que je te crois, Eustache. Juste que j’imagine tête dans une toge, sans l’appareil photo…

Esckil Agbo, Journaliste, Rédacteur en chef de dekartcom.net
Violent parfois et Régulier (ha ha ha). On ne parle pas d’un jouteur. On parle bien d’un journaliste, mais avant tout, un homme de lettres qui s’est souvent illustré par son engagement aux côtés des acteurs culturels. Pourquoi je le mets au passé composé. Peut-être parce que depuis qu’il s’est retrouvé dans la profession d’enseignant et que son enseigne s’est déplacée vers Pénésulu, quelque part dans le fond du Bénin il a du mal à assurer sa présence sur le net. Et je vous disais qu’il peut être violent, non le mot le plus adapté, c’est direct. Donc il m’écrit quelques mots tendres que voici « Gio, je risque de faire une crise avec ce que je vis à Pénéssulu pour la connexion internet ». Une crise ? Oui, tu es capable de faire ça. Esckil c’est une force de conviction, j’en ai eu la preuve quand le hasard nous a poussé dans une initiative commune de militantisme pour une meilleure gouvernance du financement culturel (Wanilo plateform). Mais, Esckil mais c’est aussi la force dans les mots, c’est un engagement parfois surprenant qui s’accompagne d’une belle maîtrise de la langue. C’est un investissement personnel dans la promotion du patrimoine culturel, par ses chroniques régulières sur patrimoine culturel et toursitique béninois. Esckil c’est un talent dans la production de contenus. Jugez-en vous même, il est l’autre flamme de Dekartcom.net

Richard Dansou, Photographe, graphiste, PDG Darimage
Autodidacte et régulier. Encore une prouesse de l’autodidactie. Un appareil photo, un ordinateur et une route. C’est la décision qui a marqué le point de départ de ce qu’on pourrait appeler aujourd’hui une carrière en marge d’une carrière, parce que Richard Dansou est diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature. Celui qui se cache derrière Darimage est un jeune homme parfois ôpiniatre qui donnerait la moitié de sa vie pour réaliser un shooting photo. Au départ, quand il passait prendre quelques photos de nos spectacles, nous n’avions pas idée de ce qu’il en ferait. Bon, la suite, c’est qu’on avait plus envie de laisser tomber le spectacle. Il ne déteste pas les couleurs, mais il travaille sur le fond de cris. Darimage, ce n’est pas que le talent, c’est le travail assidu et régulier. La même régularité qui lui fait me dire sans scier, que si l’occasion lui était donnée de changer de métier, il deviendrait « photographe ». Sans blague.

Voilà cinq personnes qui font qu’aujourd’hui, j’insiste sur le mot « régulier ». Il a beaucoup à nous apprendre. Ils ne sont pas les seuls. Il y a d’autres que je vous fera découvrir quand viendra pour moi l’heure de le faire.

Par Sèdjro Giovanni Houansou

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s